Chaudronnier : un métier polyvalent et recherché

Sommaire

Chaudronnier, c’est 15 000 postes vacants dans les 3 à 5 ans !

 

Il n’est pas trop tard pour choisir d’intégrer, une formation qui offre des perspectives d’emploi.

 

Alors que bon nombre de filières sont quasiment saturées, des secteurs d’activités proposent un avenir aux jeunes qui souhaitent suivre une formation supérieure en alternance.

 

Des métiers qui embauchent : zoom sur le métier de Chaudronnier.

 

Le métier de chaudronnier est mal connu du grand public et pourtant c’est un acteur indispensable dans notre vie au quotidien. En effet, ses réalisations contribuent à la transformation de produits utilisés par tous (exemple : dans la cosmétique, stérilisation alimentaire, le nucléaire, pharmaceutique …) Les secteurs des transports, de l’aérospatiale, de l’agroalimentaire, de la chimie, de la production d’énergie, de l’environnement, du bâtiment constituent pour ce professionnel un marché de plus en plus porteur quelle que soit la taille de l’entreprise.

 

Aujourd’hui, les équipements de sécurité et des moyens de manutention mécanisés lui facilitent le métier. Ses compétences sont assez variées : goût du travail en équipe, capacité d’adaptation aux différents périmètres d’intervention, bonne perception des formes et des volumes…

 

Le chaudronnier, habitué depuis très longtemps aux évolutions technologique et technique, s’adapte et se forme en permanence.

 

Vous vous êtes reconnu dans ce métier ? Alors, comme Pierre-Guy, intégrez la formation des Compagnons du Devoir et du Tour de France et obtenez un emploi !!!

 

Pierre-Guy, 27 ans Maître de stage (formateur pour les apprentis) chez les Compagnons du Devoir de Périgueux (24)

 

Parcours 

 

À la vue de toutes ces diverses réalisations que la chaudronnerie peut apporter, j’ai accroché tout de suite et je me suis dit : « c’est ce métier que je veux faire » !

 

J‘ai donc intégré les Compagnons du Devoir à Bordeaux pour un apprentissage en alternance de 2 ans pour y préparer un BEP.

 

L’examen en poche, je voulais découvrir les autres secteurs d’activités du métier. J’entrepris donc un Tour de France, en passant 6 étapes d’une année chacune dans lesquelles j’ai pu rencontrer des femmes et des hommes de métier passionnés par leur métier et découvrir plein de cultures différentes.

 

Hé oui, une étape à l’étranger pour vivre une expérience hors frontières, découvrir d’autres façons d’aborder le métier, de perfectionner mon anglais et une culture différente.

 

« Le voyage forme la jeunesse » et je le confirme.

 

Durant ces étapes, j’ai travaillé dans différents secteurs d’activités comme le ferroviaire (matériel ferroviaire pour les constructions et maintenances de lignes de chemin de fer et de la tuyauterie pour réaménager des locomotives), l’aéronautique (divers équipements pour les cockpits d’avions et autres), l’agroalimentaire (cuves pour le vinicole, machines spéciales et maintenance et tuyauterie industrielle), tôlerie industrielle (pièces de fine épaisseur).

 

Tout au long de ce parcours, riche au niveau du métier, j’ai aussi continué à me former chez les Compagnons du Devoir, ce qui m’a permis d’obtenir mon Bac Professionnel ainsi que des titres professionnels en lien avec le métier.

 

Mon Tour de France s’achevait et j’avais envie de retransmettre ce que j’avais pu acquérir lors de ces différentes étapes et rencontres avec ces hommes de métiers, qui sont pour la plupart passionnés par ce qu’ils réalisent.

 

Je suis donc devenu Maître de stage (formateur pour les apprentis) chez les Compagnons du Devoir et j’accompagne des jeunes pour le CAP et Bac Pro

 

Mes projets À court terme, je souhaiterais devenir responsable d’une Maison de Compagnons, afin de continuer à accompagner les jeunes et aussi pour me familiariser avec la partie gestion et management, pour éventuellement créer mon entreprise dans un futur proche.

 

Pierre-Guy

 

Formation : Du CAP à la licence, en passant par différents titres de la profession

 

Premiers salaires : le SMIC, soit 1 120 € net par mois. Et avec de l’expérience, jusqu’à 2 200 € net par mois pour un ouvrier qualifié.

 

Avec de bonnes bases métier et une formation métier, le chaudronnier peut évoluer et prendre des postes à responsabilités en tant que chef d’équipe ou responsable atelier, voire même intégrer un bureau d’études s’il a continué en parallèle ses études.

 

Facebook
Twitter
LinkedIn
Des formations professionnels pour développer votre entreprise !

Vous souhaitez former vos employés ou vous intéressez simplement à l’actualité du monde de la formation ?

A voir aussi

Les articles les plus lus